L’or continuera de briller en 2021 : la CIBC relève ses prévisions à 2 300 dollars l’once

La plupart des analystes et des banques s'accordent à dire que le rallye de l'or va se poursuivre au moins pendant l'année prochaine. C'est pourquoi beaucoup d'entre eux révisent à la hausse les prévisions du prix de l'or qu'ils avaient faites au début de l'année. Le dernier en date est la banque canadienne CIBC qui estime que l'or atteindra un prix moyen de 2 300 dollars l'once l'année prochaine.

La Banque Canadienne Impériale de Commerce (CIBC) a relevé ses prévisions du prix de l'or à 2 300 dollars l'once en 2021, 2 200 dollars en 2022, 2 100 dollars en 2023 et 2 000 dollars en 2024.

Pour l'année en cours, les analystes de la CIBC ont estimé un prix moyen de 1925 dollars l'once au troisième trimestre et de 2 000 dollars au quatrième trimestre, soit une moyenne annuelle de 1 800 dollars l'once.

En ce qui concerne l'argent, la CIBC estime que le prix moyen sera de 32 dollars l'once en 2021, 31 dollars en 2022, 30 dollars en 2023 et 28 dollars en 2024.

bjoux or et argentPour le reste de l'année, les prévisions sont de 25 dollars l'once au troisième trimestre et de 28 dollars au quatrième, ce qui donnerait un prix annuel moyen de 21,50 dollars l'once.

A lire...  L’or a atteint son niveau maximum depuis les 3 derniers mois

Dans une note envoyée à ses clients, les analystes de la banque CIBC soulignent que “le scénario des taux d'intérêt réels bas, une augmentation de la dette publique ainsi que l'incertitude politique croissante liée aux prochaines élections présidentielles aux États-Unis sont des facteurs qui contribueront à une appréciation significative de l'or”.

Ses prévisions de prix à long terme sont de 1 650 dollars l'once pour l'or et de 20 dollars pour l'argent.

En ce qui concerne ce dernier métal, le rapport de la CIBC indique qu'”il a le potentiel de donner aux investisseurs un plus grand élan, étant donné la taille relativement petite du marché de l'argent par rapport à celui de l'or. L'incertitude mondiale et la demande des investisseurs pour la diversification des actifs continueront à être les principaux facteurs qui détermineront la demande de ces deux métaux au cours des prochaines années”.

L'ancien PDG de Goldman soutient les métaux précieux

Ce n'est pas le seul soutien reçu pourr les métaux précieux ces derniers jours. L'ancien PDG de la banque d'investissement américaine Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, a déclaré que s'il y a un environnement propice aux bonnes performances de l'or et de l'argent, c'est bien maintenant.

A lire...  La nouvelle cotation de l’or de Londres fournit de nouvelles données...

Lors d'une conférence virtuelle organisée par CME Group, le banquier a reconnu l'impressionnante réévaluation de l'or et de l'argent au cours de cette année. Cependant, il a avoué qu'il ne savait pas ce que l'avenir réservait aux métaux précieux : “Il y a longtemps que ces métaux n'ont pas joué le rôle d'un dépôt de valeur sur les marchés financiers. Mais si jamais ils doivent l'exercer, c'est maintenant”.

Selon M. Blankfein, du point de vue d'un investisseur, ce n'est pas une mauvaise idée d'investir dans des actifs physiques, compte tenu de la menace que représente l'inflation même si la Réserve Fédérale a promis qu'elle ne constituerait pas une menace.

Pour le banquier, quelle que soit l'issue de l'élection présidentielle américaine de novembre, le gouvernement qui en résultera sera confronté à une dette énorme et, très probablement, le déficit augmentera car il n'est pas prévu de relever les taux d'intérêt dans un avenir proche.

Son ancienne banque, Goldman Sachs, a maintenu une position optimiste sur l'or, avec une prévision de 2 300 $ l'once pour l'or et 30 $ pour l'argent au cours des 12 prochains mois.

Commentaires clos.