L’or devient-il un champ de bataille mondial ? Les BRICS se tournent vers les lingots pour contester la domination du dollar

vendre bijoux or

Tout au long des premiers mois de l’année 2024, les BRICS ont fait parler d’eux, avant tout en doublant de taille. L’organisation intergouvernementale réunissant le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud a accueilli l’Égypte, l’Éthiopie, l’Iran et les Émirats arabes unis le 1er janvier, et la confirmation de l’ascension officielle de l’Arabie saoudite le 31 janvier a porté le nombre total d’États membres de cinq à dix. Selon des rapports récents, 34 autres pays ont manifesté leur intérêt pour une adhésion cette année.

La Russie a pris la présidence du bloc, et le prochain sommet des BRICS aura lieu dans la ville de Kazan, dans le sud-ouest du pays, du 22 au 24 octobre 2024. Depuis l’invasion de l’Ukraine en février 2022, la Russie est soumise à des sanctions punitives qui ont gelé les actifs souverains, restreint les importations essentielles et exclu le pays du système bancaire international SWIFT. Aucun État n’est plus motivé que la Russie pour s’opposer à l’ordre financier existant.

Il n’est donc pas surprenant que les médias internationaux et les marchés mondiaux aient reçu un flux constant de gros titres sur les mécanismes financiers alternatifs de l’Union. Il s’agit notamment du développement d’une infrastructure transnationale de blockchain, du travail sur un nouveau système de paiement et de transfert interbancaire pour contourner SWIFT, et des nombreuses tentatives de gagner du terrain pour une monnaie adossée à l’or.

Le rôle de la Russie est important pour l’or

Les experts estiment que les acteurs du marché des métaux précieux doivent prendre au sérieux la présidence russe des BRICS, car elle est susceptible d’avoir un impact sur le marché de l’or… si ce n’est pas déjà le cas.

A lire...  Recul du prix de l’or après l'atteinte de niveaux élevés pendant deux mois

Le principal public visé par les articles mettant en avant les récits des BRICS sur la dédollarisation, les alternatives SWIFT, les taux de croissance, les plus-values d’investissement et la prolifération des millionnaires n’est ni les membres actuels des BRICS, ni l’Occident, mais les pays non alignés qui n’appartiennent à aucun des deux camps.

Le Zimbabwe tente de se doter de sa propre monnaie adossée à l’or. L’Afrique est un terrain d’affrontement très intéressant pour cette bataille entre l’Occident et les BRICS, car il s’agit clairement d’un marché que la Russie et la Chine maîtrisent très bien et qu’elles souhaitent cultiver pour l’attirer dans leur propre orbite.

C’est un fait que les plus grands pays d’Afrique n’ont pas encore connu le même degré de croissance économique que leurs homologues du monde développé. Cela signifie qu’il y a encore beaucoup de potentiel inexploité. Il y a encore une grande quantité de ressources là-bas. Ils sont clairement le public visé.

La communauté des investisseurs miniers devrait accorder une attention particulière à cette région du monde, car c’est là que se jouera l’avenir de l’industrie.

Les mines existantes ont une durée de vie limitée et il va falloir procéder à de nouvelles explorations aurifères pour que la production se maintienne au niveau très constant qu’elle a atteint au cours des dernières décennies. L’Afrique est l’un de ces marchés inexploités où les investissements pourraient être considérables et où de nouvelles mines d’or pourraient voir le jour.

A lire...  La ruée vers l’or russe se termine par une montagne de dettes

Toujours d’après les experts, si l’on considère la manière dont les pays impriment de l’argent, dont les banques centrales augmentent constamment la masse monétaire, l’une des cartes de visite de l’or est le ratio stock-flux. Le stock d’or existant est très important par rapport à la quantité d’or nouvellement extrait chaque année, mais ce niveau d’or extrait est très constant. Il tend à être proche de 1 %, ce qui signifie que l’offre d’or augmente de 1 % chaque année. Dans les 10 ou 20 prochaines années, nous commencerons à nous approcher de ces barrières de production d’or, ou peut-être que la quantité d’or nouvellement ajoutée aux stocks commencera à diminuer.

L’Afrique est probablement la clé de la résolution de ce problème. C’est un endroit important pour les nations qui s’intéressent à l’or, car leurs banques centrales en achètent. Elles voudront savoir d’où viendront les nouveaux dépôts d’or.

Les BRICS incitent d’autres pays à privilégier l’or et à abandonner le dollar américain

En outre, de nombreux experts considèrent que la Russie incite d’autres pays à poursuivre le commerce et les monnaies basés sur l’or afin d’abandonner le dollar américain. Les pays d’Afrique, dont le Zimbabwe, s’intéressent à l’initiative de dédollarisation des BRICS et donc à l’or.

Les nations africaines espèrent atteindre le même niveau de croissance économique que leurs homologues occidentaux et septentrionaux et pourraient considérer une monnaie adossée à l’or comme la prochaine étape à franchir pour atteindre ces sommets. C’est pourquoi l’intérêt pour le bloc autour du continent s’est considérablement accru.

 

vendre bijoux or

Commentaires clos.