Les pays producteurs d’or exigent plus de bénéfices des compagnies minières

vendre bijoux or

La hausse du prix de l’or ces dernières années amène les pays producteurs d’or à tenter de modifier les termes des contrats d’exploitation accordés aux sociétés minières internationales. Les gouvernements de ces pays veulent accélérer le paiement des dividendes qui, dans les circonstances actuelles, prennent plusieurs années à être perçus.

compagnies minieres

Le journal spécialisé Mining Weekly souligne que les pays producteurs d’or veulent modifier la formulation actuelle de certaines clauses des contrats miniers, qui, selon eux, favorisent davantage les compagnies minières que les pays sur le territoire desquels elles opèrent.

Renégociation des contrats

Les experts pensent que cette intention de renégocier les contrats sera contrée par les sociétés minières, qui craignent que la modification des conditions n’affecte leurs marges bénéficiaires. En fait, les expériences précédentes à cet égard ont donné lieu à des litiges prolongés.

L’un des derniers pays à exiger de meilleures conditions contractuelles est la Mongolie, qui veut augmenter les recettes fiscales de la mine de cuivre et d’or d’Oyu Tolgoi exploitée par le mineur anglo-australien Rio Tinto. Le gouvernement mongol attend depuis plusieurs années que la compagnie minière verse les dividendes selon les termes du contrat.

En Afrique de l’Ouest, le gouvernement du Mali veut modifier plusieurs contrats avec des sociétés minières internationales, après avoir passé plusieurs années à attendre de percevoir les dividendes.

A lire...  Marché de l'or à Londres : du nouveau...

Comme le président de la Chambre des mines du Mali, l’a déclaré à Mining Weekly, « ce que nous demandons, c’est que les pays africains reçoivent plus de bénéfices pour leur production de minerais ».

L’Institut international du développement durable souligne que le déséquilibre traditionnel entre les pays riches en minéraux mais pauvres en liquidités et les sociétés minières multinationales a conduit à un certain nombre de mauvaises affaires qui profitent généralement aux investisseurs.

La détérioration de la situation économique dans ces pays due à la pandémie de la Covid-19 pourrait entraîner un durcissement des lois fiscales et une révision stricte des contrats.

Ils réclament leur dû

L’objectif des gouvernements des pays producteurs est d’accélérer le paiement des dividendes pour la production de métaux tels que l’or et le cuivre dont les prix ont grimpé en flèche ces dernières années.

C’est ce qui s’est passé, par exemple, en République démocratique du Congo, qui a promulgué un nouveau code minier en 2018 et a augmenté les redevances sur la production d’or, de cuivre et de cobalt.

Cela a suscité l’indignation de la multinationale Glencore, qui est en désaccord avec le gouvernement du pays depuis trois ans, n’ayant pas accepté le changement de conditions.

A lire...  Les opérations à terme sur l'or cotisent à la baisse

Dans le cas de la Mongolie, qui possède 34% de la mine d’Oyu Tolgoi, les dernières estimations de Rio Tinto sur le coût de l’expansion souterraine de la mine rendent peu probable la perception de dividendes avant au moins 2051.

Au Mali, le gouvernement intérimaire est en train de réviser les accords miniers après que l’auditeur général ait identifié des problèmes tels que la non-distribution des dividendes.

En septembre dernier, la filiale locale du mineur canadien Barrick Gold a versé son premier dividende au Mali, 15 ans après le début de la production de la mine Loulo et juste après que le vérificateur général ait averti du non-paiement.

Le gouvernement du Mali a également exigé de la société minière australienne Resolute Mining qu’elle verse des dividendes à l’État, propriétaire de 20 % de la mine de Syama qui a commencé à produire en 2008. La société minière a informé le gouvernement malien qu’elle commencera à verser des dividendes dès que la société aura atteint des bénéfices.

Le problème auquel sont confrontés les pays producteurs est qu’ils doivent promouvoir ces réformes avec prudence, afin de ne pas s’aliéner les investisseurs internationaux. Un équilibre compliqué qui, pour l’instant, profite aux compagnies minières.

vendre bijoux or

Commentaires clos.