Les banques centrales achètent de l’or à un rythme soutenu face à un éventuel bouleversement du système monétaire mondial

vendre bijoux or

Le prix de l’or s’approche de sommets historiques. Il serait injuste d’attribuer la hausse du métal précieux à un seul facteur, mais l’un d’entre eux est particulièrement frappant. Les banques centrales de plusieurs pays accumulent des quantités d’or historiquement élevées. Ce mouvement focalise également les commentaires des analystes qui estiment que certains banquiers centraux pourraient anticiper la fin du règne du dollar en tant que monnaie de réserve internationale. Lorsque les piliers d’un système dominant vacillent, l’argent se réfugie dans l’or, un métal auquel la société fait confiance depuis des centaines d’années.

Une augmentation du prix de l’or de plus de 11%

Le prix de l’once d’or a augmenté de plus de 11 % en l’espace de deux mois et oscille désormais autour de 2 000 dollars l’unité. Ce niveau ne sera pas facile à franchir, car il existe une forte résistance technique à 2 000-2 100 dollars. Mais ce qui est curieux dans cette hausse, ce n’est pas tant le niveau technique de l’or que les forces qui l’animent. Face à une offre relativement stable, la demande de certains acteurs s’est envolée sans raison apparente à première vue.

Les banques centrales ont « consommé » l’or avec beaucoup d’appétit. Par exemple, l’allocation mondiale des réserves de change en or est aujourd’hui de près de 10 %, soit beaucoup plus que les réserves détenues en yuan chinois ou en livre sterling. Cela a contribué à catapulter les prix de l’or vers de nouveaux sommets, en partie aussi grâce à un dollar plus faible et à une inflation mondiale soutenue, expliquent les analystes.

A lire...  Les poinçons or 18 carats

Plus d’or, moins de dollar

L’appréciation de l’or au cours des six derniers mois est un bon exemple de cette tendance. L’augmentation de la demande n’est pas le fait des suspects habituels : petits et grands investisseurs cherchant à se protéger contre l’inflation et la faiblesse des taux d’intérêt réels. Les grands acheteurs sont plutôt les banques centrales, qui réduisent leurs avoirs en dollars et recherchent une valeur refuge. Les banques centrales achètent plus de tonnes d’or aujourd’hui qu’à n’importe quel moment depuis que les données ont commencé à être recueillies en 1950. Elles représentent désormais 33 % de la demande mensuelle mondiale d’or, ce qui constitue un record.

Selon les dernières données du Conseil mondial de l’or, les réserves d’or accumulées dans le monde ont augmenté de 52 tonnes en février, soit le 11e mois consécutif d’achats nets, après une hausse de 74 tonnes en janvier. La Banque populaire de Chine a indiqué que ses réserves d’or avaient augmenté de 25 tonnes au cours du mois, tandis que la banque centrale de Turquie a également poursuivi sa récente vague d’achats, avec 15 mois consécutifs d’augmentation, en ajoutant 22 tonnes d’or supplémentaires. La Banque centrale d’Ouzbékistan (plus 8 tonnes), Singapour (7 tonnes) et la Reserve Bank of India (3 tonnes) ont également augmenté leurs avoirs en or.

A lire...  Le retrait de JP Morgan de ses réserves d’or du COMEX et ses prévisions pour 2014

Vers une nouvelle monnaie?

De plus en plus de pays concluent des accords bilatéraux pour réduire leurs échanges libellés en dollars et utiliser leurs propres monnaies. Les sanctions occidentales contre les réserves en dollars de la Russie ont créé un précédent. Les pays émergents craignent qu’une décision inattendue de Washington ne mette en péril les réserves qu’ils ont accumulées pendant des années (les pays accumulent des réserves lorsqu’ils enregistrent des excédents de leur compte courant et conservent un certain contrôle sur leur taux de change). Cette flambée des achats a contribué à porter le prix de l’or à des niveaux quasi records et à plus de 50 % au-dessus de ce que les modèles fondés sur les taux d’intérêt réels suggéreraient. Il est clair que quelque chose de nouveau fait grimper le prix de l’or.

Neuf des dix plus gros acheteurs d’or de ces derniers mois se trouvent dans les pays en développement, dont la Russie, l’Inde et la Chine. Ce n’est pas un hasard si ces trois pays sont en pourparlers avec le Brésil et l’Afrique du Sud pour créer une nouvelle monnaie capable de défier le dollar. Leur objectif immédiat : commercer entre eux directement dans leur propre monnaie.

vendre bijoux or

Commentaires clos.