Achat or et revente d’or : des obligations rattachées au métal précieux ?

La Turquie fixe son attention sur les 2200 tonnes d’or que conservent ses citoyens

L’intention du gouvernement de la Turquie est d’essayer d’intégrer à l’économie du pays tout cet or évalué à environ 86 milliards de dollars américains, grâce à l’émission d’obligations d’or et de certificats de location.

Mehmet Şimşek, premier ministre adjoint, a été chargé d’annoncer le lancement de ces nouveaux produits liés à l’or, qui commenceront à être commercialisés entre le 2 et le 6 octobre. L’objectif de la mesure n’est autre qu’une tentative de bénéficier à l’économie grâce à l’or des citoyens, qui est estimé à près de 2200 tonnes au total.

De même, le politicien turc a précisé que l’émission d’obligations liées à l’or n’est pas rattachée à la dette du Trésor ni destinée à l’atténuer. « Le Trésor n’a pas de problème d’endettement. Et nous prenons cette mesure pour que l’économie fonctionne plus rapidement, pour augmenter les épargnes et résoudre les problèmes de ressources ». La vente de ces obligations commencera à Istanbul et, à partir de là, elle s’étendra au reste des provinces de la Turquie.

Selon les explications de Şimşek, le mode opératoire est semblable à celui où les citoyens vendent leur or qu’ils gardent chez eux quand une nécessité surgit et le changent en espèces. Et dans ce cas, en outre, ils peuvent même recevoir le retour à l’or qu’ils ont déposé au moment du change en livres turques. C’est-à-dire qu’à la date d’expiration de ces nouvelles obligations en or, les actifs seront retournés aux citoyens, qui bénéficieront de l’augmentation du prix de l’or, mais de la même façon qu’opèrent les obligations sukuk, qui sont destinées à attirer les citoyens qui ne veulent pas bénéficier des frais d’intérêt parce que la religion islamique leur interdit.

Selon les prévisions des autorités turques, le succès de ces mesures réduirait également la dépendance externe des systèmes bancaires turcs et améliorerait la productivité, en ayant un effet positif sur l’économie à long terme, augmentant la diversité des circuits financiers et générant une meilleure répartition des ressources nationales. Et pour les investisseurs, cela offrirait la tranquillité que leurs économies sont protégées « sous la garantie du gouvernement».

De cette façon, la Turquie se joint à des initiatives similaires développées en Inde ou prévues en Russie, pour tenter de dynamiser son marché interne de l’or et introduire le métal précieux dans son système financier.

rachat Or