Achat or : sa rareté entraine une hausse des primes en 2015

Les notables achats d’or physique enregistrés à Londres dans les dernières années ont généré des changements sur le marché de l’or. Les premières conséquences sont une augmentation du cout de l’or au niveau des prêts mais d’autres hausses peuvent exister sans qu’on ne le sache vraiment.

Le 2 Septembre dernier, le « Financial Times » publiait que le cout des prêts de l’or physique à Londres a considérablement augmenté depuis les dernières semaines. La raison était la nécessité pour les distributeurs d’or de respecter leurs engagements de livraisons dans les raffineries suisses. C’est la pression que souffre le marché des achats d’or physique dans le cas de livraison immédiate. Tout cet or physique est transformé dans les grandes raffineries suisses en lingots d’or plus petits et de grande pureté pour finalement terminer sur le marché asiatique, principalement en Inde.

Combien d’achats d’or physique ont été concernés par les ETF’s de Londres en 2013 ?

L’année 2013 a été une année de nombreuses sorties d’or par l’intermédiaire des ETF’s. Concernant ceux de Londres ou plus exactement ceux qui ont conservé leur or dans les entrepôts de Londres, nous connaissons les données suivantes :

  • Le SPDR Gold Trust a retiré 561 tonnes d’or en 2013 et a augmenté ce chiffre de 80 tonnes en 2014
  • L’iShares Gold Trust (IAU) a sorti approximativement 60 tonnes d’or en 2013. En supposant que la répartition de l’or ait été la même qu’actuellement soit 56% d’or à Londres, 41% à New York et les 3% restants à Toronto, Londres aurait diminué son stock de près de 34 tonnes d’or ; cette ville étant le principal marché de l’or du monde pour les lingots « Good Delivery ».
  • PHAU ETF Securities a perdu 52 tonnes en 2013 et GBS 42 tonnes.
  • En dernier, P-ETC s’est défait pour la même période d’autres 31 tonnes.

En faisant la somme des données antérieures (561 + 34 + 52 + 42 + 31), nous avons 720 tonnes d’or qui ont été retirées des coffres-forts londoniennes dans l’année 2013 à travers les remboursements de ces ETF’s. Si nous ajoutons les retraits réalisés par d’autres ETF’s en Suisse et dans d’autres endroits, nous arrivons au chiffre total d’un retrait de 880 tonnes d’or.

Est-ce que ces retraits de 2013 ont été effectués par la Banque d’Angleterre ?

La réponse est que, techniquement, cela ne peut être le même or car les ETF’s stockent leur or dans des coffres-forts spécifiques à cet effet. Selon le dernier rapport du « SPDR Gold Trust », la conservation de l’or doit être fournie par le dépositaire dans ses coffres de Londres et bien qu’il puisse utiliser l’éventualité d’un sous-stockage, le dépositaire doit s’efforcer de réaliser dans des conditions raisonnables et avec promptitude le transport de l’or.

Le « sous-stockage » qu’utilise actuellement « SPDR Gold Trust » et qu’il a utilisé en 2013 sont la Banque d’Angleterre, la Banque écossaise ScotiaMocatta, la Barclays Bank PLC, la Deutsche Bank AG, la JPMorgan Chase Bank y la UBS AG”. Ces banques comme la HSBC à l’exception de la Deutsche Bank sont toutes membres du « London Gold Fixing ».

L’or londonien fait cap vers la Suisse puis vers les pays asiatiques.

Si les 720 tonnes d’or retirés par les ETF’s de Londres ne concernent pas le même or sorti de la Banque d’Angleterre, cela signifie que les 1475 tonnes (720 + 755) d’or « Good Delivery » ont été sorties de Londres en 2013. C’est une donnée intéressante car selon le rapport d’Eurostat, le Royaume Uni a exporté approximativement 1400 tonnes d’or en Suisse en 2013. Une affirmation confirmée par Reuters de façon indirecte en citant la même source qu’Eurostat.

Donc tout suggère que les 1400 tonnes d’or parties de Londres en 2013 à destination de la Suisse, toutes sous forme de lingots d’or « Good delivery », sont sorties des coffres de la Banque d’Angleterre ainsi que de ceux dans lesquels se trouvait l’or pour les ETF’s de Londres (HSBC y JP Morgan). Tous ces achats d’or physique ont été transformés dans les grandes raffineries suisses en lingots plus petits de grande pureté pour terminer finalement sur le marché asiatique.

rachat Or