Les exportations d’or du Royaume Uni à la Suisse multipliées par douze en huit mois !

Jusqu’au mois d’août, les exportations d’or du Royaume Uni à la Suisse se sont envolées pour atteindre les 1016.3 tonnes d’or alors qu’à la même période de l’année précédente ces exportations s’élevaient à 85.1 tonnes. Par conséquent, elles ont été approximativement multipliées par douze en raison de la demande asiatique.

Non, il ne s’agit pas de ventes d’or à la Suisse !

L’augmentation spectaculaire des sorties d’or de l’Angleterre vers la Suisse est due au déplacement des réserves d’or qui proviennent essentiellement des fonds cotisés en or ETFs et dont les titres sont en train d’être vendus au sud-Est asiatique. Avant de se diriger vers la Chine, l’Inde et vers d’autres endroits du globe, l’or passe par l’industrie de raffinage Suisse.

Jusqu’à aujourd’hui, les sorties d’or des stocks des ETFs s’élevaient à 670 tonnes. Cette situation contraste avec les 332.3 tonnes d’or qui entraient en moyenne chaque année dans les coffres-forts durant les cinq dernières années.

Selon la banque australienne Macquire, les réintégrations dans les coffres de conservation des fonds cotés, proviennent en majeure partie du plus important fond ETF du monde coté en Bourse, le SPDR Gold Trust. Bien qu’il cotise à la Bourse de New York, le SPDR possède ses principales réserves dans une des chambres fortes de la Banque HSBC à Londres. Jusqu’à maintenant, la sortie d’or de ses salles de coffres s’élève à 465 tonnes d’or.

Cette interprétation des mouvements sur le marché de l’or est solidement argumentée à travers de faits qu’expose le représentant de la banque Macquire, Monsieur Matthew Turner. L’or retiré des réserves des ETFs est vendu à des entreprises et à des particuliers en Asie. Mais, avant d’arriver sur le continent asiatique, il passe par la Suisse pour être raffiné.

Cette tâche de raffinage consiste à fondre les lingots d’or les plus grands et d’un poids important pour créer de nouveaux plus petits et avec d’autres formes plus adéquates aux goûts des consommateurs asiatiques. Non seulement, il est destiné à la consommation des particuliers mais il peut aussi être destiné à rester dans des chambres fortes afin de constituer des réserves pour des institutions financières ou des investisseurs particuliers.

La vision de Matthew Turner est partagée par l’analyste de la Barclays Bank Monsieur Suki Cooper : « Etant donné les nombreuses sorties provenant des ETFs, la forte demande d’Asie et la capacité de raffinage de la Suisse, il est possible que le métal doré soit destiné à l’Asie à travers la Suisse.

rachat Or