Les banques du marché de l’or à Londres veulent modifier le système de fixation des prix- (London Fix)

Des vents de réforme soufflent sur le marché centenaire de l’or à Londres. Les banques qui forment son conseil de direction ont manifesté leur intention de réviser en profondeur le système de fixation journalier des prix du métal doré. L’importance de ce marché est très importante car le prix qui y est fixé deux fois par jour est la référence mondiale pour les bijoutiers, les commerçants, les boutiques de vente d’or, les mines et les Banques Centrales.

Les quatre banques suivantes : la Barclays Bank, la Banque de Nouvelle-Ecosse, HSBC et la Société Générale y compris la Deutsche Bank qui n’était pas encore impliquée dans une affaire frauduleuse, ont nommé une commission d’experts chargés de rédiger un rapport sur les réformes à mettre en place avec l’assistance de plusieurs cabinets-conseils comme l’ont confirmé à Bloomberg plusieurs sources proche du marché.

Les élans de réforme sont en train d’ouvrir un chemin dans une crise profonde qui existe sur la place de Londres. Actuellement, plusieurs enquêtes concernant des irrégularités financières au Royaume Uni, aux Etats-Unis et en Allemagne à cause d’une manipulation présumée sur les prix de l’or sont en train d’apparaître au grand jour. Il est vu d’un mauvais œil le maintien du système actuel d’appel téléphonique journalier (un à 10h30 et l’autre à 15h, heures de Londres) pour enchérir sur les divers prix et durant lequel le président du Conseil lance un prix de sortie à partir duquel les protagonistes se mettent d’accord.

La première tête tombée est celle de la banque la plus importante d’Europe : la Deutche Bank. Impliquée dans divers scandales signalés par le régulateur allemand BaFin comme étant une des principales banques responsable de la manipulation des prix du Forex et de l’or à Londres, elle a préféré se retirer avant d’être condamnée. L’année 2014 n’a pas bien commencé pour la Deutsche Bank qui, par manque de malchance, a lancé un « profit warning » dans lequel elle annonce des pertes concernant le quatrième trimestre 2013 qui se chiffrent à 1 milliard d’euros.

Selon les mêmes sources consultées, la réforme s’orienterait à éliminer le système de conférence téléphonique et sa substitution par un consensus de marché basé sur une moyenne de prix au comptant proposés par différents opérateurs de marché et éventuellement sur un jour. Si cette modification se réalisait, elle recevrait l’approbation de la Commission Européenne qui la soumettra au Parlement Européen dans une nouvelle directive de régulation des indices de références des marchés financiers européens.

Les évènements évoluent de façon rapide à Londres. Un marché qui brasse par jour l’astronomique somme de 20 milliards de dollars mérite la meilleure attention possible et à plus forte raison lorsque l’or contribue de façon décisive à la stabilité du système financier et à la diversification des portefeuilles des investisseurs du monde entier.

rachat Or

Commentaires clos.