Commerce illégal de l’or provenant de Corée du Nord vers les Etats-Unis

Les autorités américaines ont détecté dans les produits d’IBM, de Hewlett-Packard ou de Ralph Lauren des traces d’or illégal provenant de Corée du Nord. Etant donné l’embargo commercial effectué au régime communiste, il n’est plus possible de faire du commerce de l’or nord-coréen de façon légale. Les fournisseurs d’or de ces sociétés ont été obligés de donner des explications bien que leurs propos n’aient pas été très convaincants.

Le nombre d’entreprises, pour lesquelles de l’or nord-coréen a été constaté dans leurs produits, s’élève à 68 selon les données de la Commission Régulatrice des marchés des Etats-Unis, la SEC. La loi Dodd-Frank envisage des sanctions et l’obligation de la part des impliqués à donner des explications. Ce flux d’or sortant de Corée du Nord vers l’Asie et les Etats-Unis est bien connu depuis des années mais c’est une des solutions de survie d’une population soumise à l’extrême pauvreté par le régime totalitaire de l’actuel chef d’état Kim-Jong-Un.

D’après leurs données, la Corée du Nord aurait une production d’or de une à deux tonnes par an. Mais on pense que les mines du sud et du nord de la province de Pyongan et de celles du nord de la province de Hwanghae possèdent autour de 1000 à 2000 tonnes d’or dans leurs entrailles.

Le gouvernent de la Corée du sud pense que le dictateur a dépensé 40 millions de dollars dans la construction d’une statue en or à l’effigie de son père.

Les premières sanctions sur la Corée du Nord ont commencé au début de la guerre de Corée en 1950. Après de multiples conflits, tensions et défis ayant pour cause le développement des armes nucléaires, les sanctions se sont poursuivies de façon permanente. L’embargo commercial est total et de ce fait, le développement du programme de réarmement nucléaire ne s’est pas arrêté.

Quelques compagnies comme IBM, Williams Sonoma ou Rockwell Automation Corp. ont reconnu en public posséder de l’or dans leurs composants électroniques provenant de Corée du Nord. IBM a reconnu qu’il y avait des traces d’or nord-coréen dans ses cartes mémoires d’ordinateurs, Williams Sonoma pour son affaire de distribution pour l’habitat et Rockwell Automation pour ses automatismes qui est une des sociétés leader mondial de son secteur.

Malgré les sanctions, la Banque Centrale de Corée du Nord raffinait encore de l’or certifié par la London Bullion Market Assocation jusqu’en 2006. Actuellement, il est difficile de déterminer quel type d’or elle raffine et quelles sont les quantités qu’elle exporte que ce soit vers les canaux « officiels » ou ceux illégaux.

Sources: www.interor.fr

rachat Or

Commentaires clos.